Costa Rica (1)

J15 - mardi 21 janvier 2020 - Margarita - Limon

Distance parcourue : 74,53 Km - Moyenne : 14,26 Km/h

Dénivelé montant : 198 m - Pente montante Maxi : 7 % (14% sur 200 mètres)

Dénivelé descendant : 199 m - Pente descendante Maxi : 9 %

Altitude départ : 21 m - Altitude arrivée : 20 m - Altitude Maxi : 90 m

Heure de réveil : 6h45 - Heure de départ : 8h00 - Heure d'arrivée : 17h00

Hôtel : Hospedaje Buena Vista – chambre 2 lits – ventilateur – douche chaude – Wifi – Vélos devant la réception dans une cour fermée = 17 OOO Colones (environ 30 Euros).

Réveil à 6h45 ce matin après une bonne nuit dans notre hébergement basique. Il ne pleut pas ce matin mais le ciel reste couvert. Ce sera ainsi toute la journée et c’est bien pour nous car la température ne dépassera pas les 30 °C.

Nous faisons la pause petit déjeuner au premier restaurant ouvert que nous trouvons sur notre route. C’est au kilomètre 8 environ. L’établissement est propre et bien tenu. Nous prenons un plat composé de riz et haricots rouges (appelé Pinta au Costa Rica), des œufs brouillés avec des tomates, une petite tortilla et un café noir. Tout est très bon et le prix est de 2500 Colones (un peu plus de 4 Euros) par personne.

Nous sommes sortis de la trace préparée hier afin d’éviter la route non goudronnée. La route que nous suivons peut rejoindre le parcours prévu en faisant un grand détour ou en prenant un raccourci sur la droite. Jusqu’au raccourci nous sommes sur terrain presque plat. Le raccourci qui évite la grande boucle est lui en pente à 14%. Heureusement pour nous il ne fait que deux ou trois cents mètres. La route est ensuite un peu vallonnée avec des petites montées et descentes entre 5 et 7% sur deux ou trois kilomètres. Le reste est plat avec un peu de vent lorsque la route longe l’océan atlantique. Il y a beaucoup de vagues et beaucoup de débris de bois en bord de mer. Certaines plages sont en cours de nettoyage. Dans la ville de Limon, notre destination improvisée du jour, nous retrouvons un peu de relief sur le parcours de recherche d’hôtel.

Le parcours préparé ne faisait pas étape à Limon et il n’y avait donc eu aucune recherche d’hôtels. Comme nous n’avons pas de carte SIM locale et donc pas d’accès Internet nous faisons une petite halte au Mac’Do de Limon pour nous rafraichir et avoir un accès à Internet. Après avoir mis à jour le site avec les données d’hier j’ai fait une recherche rapide d’hôtels à prix abordables sur Google. Il en est ressorti trois hôtels assez proches et pas trop à l’écart de notre parcours de demain. Après une petite visite du quartier autour du port nous prenons la direction des hôtels sélectionnés. Nous ne trouvons pas le premier mais le deuxième est bien  à l’emplacement indiqué. L’hospedaje Buena Vista est un établissement mieux que celui où nous avons dormi hier et le prix est aussi plus élevé (17 000 Colones ce soir et 10 000 Colones hier). Il y a peut-être des hébergements moins chers au centre-ville car des cyclistes Costaricains nous ont dit qu’il y en avait beaucoup et à tous les prix. Nous n’avons pas envie de perdre trop de temps pour peut-être faire une petite économie et la chambre ainsi que le prix qui nous sont proposés ici nous conviennent. De plus il y a une cuisine équipée à disposition des clients. Nous faisons donc notre repas du soir avec un paquet de pâtes et une boite de sardines que nous avons dans nos sacoches.

Demain nous devrions faire étape à Siquirres après un parcours de 70 kilomètres environ.

J16 - mercredi 22 janvier 2020 - Limon - Siquirres

Distance parcourue : 60,08 Km - Moyenne : 14,09 Km/h

Dénivelé montant : 347 m - Pente montante Maxi : 17 % Quelques centaines de mètres à Limon, sinon 4%

Dénivelé descendant : 298 m - Pente descendante Maxi : 15 % Quelques centaines de mètres à Limon, sinon 4%

Altitude départ : 20 m - Altitude arrivée : 69 m - Altitude Maxi : 113 m

Heure de réveil : 6h45 - Heure de départ : 8h30 - Heure d'arrivée : 17h00

Hôtel = Hotel Central – chambre 2 lits avec salle de bain commune – Wifi – vélo dans une impasse fermée la nuit – 10000 Colones (environ 16 Euros)

Comme les jours précédents nous nous réveillons vers 6h45 ce matin après une bonne nuit dans des lits confortables. Nous profitons de la cuisine qui est disponible dans notre hébergement pour préparer notre petit déjeuner. Le menu est simple, une soupe de nouille chinoise et un café.

Nous quittons l’hôtel vers 8h30 et prenons une petite route qui monte raide à la sortie de l’hôtel. Après un point haut cette route redescend en bordure de l’océan. Nous empruntons ensuite une belle avenue très calme jusqu’au Port de Limon. Ce parcours en ville nous permet de ne rejoindre la route principale surchargée de gros camions qu’au kilomètre 8 environ.

Entre les kilomètres 8 et 15 la circulation en vélo est très compliquée car il y a un gros trafic de camions. Les accotements ne sont le plus souvent pas praticables et nous devons rouler sur la chaussée où les camions n’ont pas beaucoup de marge pour se croiser. Il faut donc rouler bien droit et accepter d’être frôlé par ces monstres qui roulent souvent un peu trop vite sur cette route en mauvais état.

La situation s’améliore un peu après le kilomètre 15 et nous pouvons le plus souvent emprunter le bas-côté en gravillon lorsque nous estimons qu’un camion va nous doubler en même temps qu’il en croise un autre. Il y a parfois un petit accotement goudronné de 50 centimètres de large. De temps en temps des travaux en cours laissent supposer un élargissement de la chaussée dans un avenir probablement assez lointain vu le faible nombre d’engins à l’ouvrage.

Il y a peu de commerces sur le bord de cette route infernale mais nous avons de la chance car nous passons devant un petit restaurant sympathique juste un peu avant midi. Nous y faisons notre pause déjeuner et repos pour nos oreilles qui sont un peu fatiguées du bruit presque incessant des camions.

Il nous reste alors une vingtaine de kilomètres sur une route toujours aussi fréquentée mais avec le plus souvent un bon revêtement. Nous avons aussi parfois un petit vent de face qui nous ralenti sur la fin du parcours qui est aussi un peu plus vallonné.

Comme hier le ciel est resté couvert toute la journée et la température n’a pas dépassé les 32°C. Nous n’avons pas eu trop le loisir de regarder le paysage aujourd’hui car les conditions de circulation exigeaient toute notre vigilance.

Nous arrivons à Siquirres vers 14h45 et faisons un petit tour en ville pour prendre l’ambiance. La ville n’est pas importante mais il y a beaucoup de commerces. OsmAnd indique trois hôtels en ville et ma trace préparée mène à deux autres en dehors de la ville au bord de la route que nous suivons depuis Limon. Cette route est très bruyante à cause des camions et nous préférons chercher un hébergement d’abord dans la ville qui est à l’écart de la route. Il y a deux hôtels proches du centre et nous nous partageons les visites. Jean-Claude visite un hôtel qui propose des chambres individuelles à 5000 Colones (environ 8 Euros) et j’en visite un autre qui propose des chambres à deux lits avec salle de bain commune et wifi à 10 000 Colones. D’un côté comme de l’autre c’est le même prix et ce n’est pas le grand luxe. Jean-Claude élimine celui qu’il a visité mais celui avec la chambre double lui convient. Nous réservons donc la nuit ici. Le wifi fonctionne bien et les vélos sont dans une cour commerçante visible depuis le couloir de l’hôtel et fermée la nuit par une porte métallique.

Demain nous devrions rejoindre Puerto Viejo après un parcours de 80  kilomètres environ. Les conditions de circulation devraient être meilleures car la route 32 que nous suivons depuis Limon se divise en deux avec la route 10 qui part en direction de San José, capitale du Costa Rica. Nous espérons que le plus gros du trafic de camions prendra la direction de la capitale. Nous, nous continuons sur la route 32 jusqu’à Puerto Viejo.

 

J17 - jeudi 23 janvier 2020 – Siquirres – Puerto Viejo De Sarapiqui

Distance parcourue : 79,80 Km - Moyenne : 16,51 Km/h

Dénivelé montant : 449 m - Pente montante Maxi : 2 % (une petite pente à 8% à la sortie de Siquirres)

Dénivelé descendant : 472 m - Pente descendante Maxi : 2 %

Altitude départ : 69 m - Altitude arrivée : 43 m - Altitude Maxi : 307 m

Heure de réveil : 6h45 - Heure de départ : 8h00 - Heure d'arrivée : 15h30

Hôtel – Cabinas Laura -  chambre 2 lits – douche froide – climatisation – Wifi – vélo devant la chambre – 15 000 Colones

Le compteur indique 1060 kilomètres ce soir à l’arrivée à Puerto Viejo. C’est la distance que nous avons parcouru depuis le départ de l’aéroport de Panama Tocumen le 06 janvier 2020.

Fidèle à nos habitudes nous quittons les lits vers 6h45 ce matin. Nous prenons le petit-déjeuner dans un restaurant proche de l’hôtel où nous avons aussi diné hier soir.

Nous prenons la route vers 8 heures sous un petit crachin qui disparaît bientôt. La circulation de camions reste dense sur la route 32 et peu de camions semblent emprunter la route 10 qui conduit comme la 32 à San José. Les cinquante premiers kilomètres demandent donc, comme hier, beaucoup de vigilance. La route est en travaux d’élargissement sur presque tout le parcours et les deux voies, une pour chaque sens de circulation, sont réduites à la largeur minium.

Vers le kilomètre 10 nous rencontrons un motocycliste qui est arrêté sur le bord de la route. C’est un retraité Costaricain qui commence un voyage qui doit le conduire au Brésil. Nous discutons un moment et reprenons nos parcours respectifs.

La route est légèrement montante sur presque cinquante kilomètres mais la pente est faible et nous avançons rapidement. Nous faisons la pause vers le kilomètre 45 environ juste quelques kilomètres avant de bifurquer sur la route 4 qui conduit à Puerto Viejo.

La route 4 est beaucoup moins fréquentée que la route 32 que nous suivons depuis Limon. Elle est aussi en pente légèrement descendante presque jusqu’à Puerto Viejo. Les trente derniers kilomètres du parcours sont donc parcourus rapidement et facilement. La route est agréable et nous avons plus le loisir de regarder autour de nous. Le paysage est agréable. Nous avons un peu de soleil sur cette portion de parcours et quelques gouttes de pluie à l’arrivée à Puerto Viejo.

Nous nous renseignons au premier hôtel que nous trouvons à l’entrée de la ville. La chambre avec deux lits simples est à 1200 Colones (environ 20 Euros). L’hébergement est un peu loin du centre-ville et nous continuons. Un bel hôtel en ville propose des chambres à deux lits à 90 USD. Ce n’est pas dans notre budget. Plus loin les « cabinas laura » proposent des chambres avec deux lits, la climatisation, la douche froide et le wifi à 15000 Colones (environ 25 Euros). L’hébergement est bien placé en ville et nous nous installons ici.

Demain c’est encore un parcours de 75 kilomètres environ qui nous conduira à « La Fortuna ».

J18 - vendredi 24 janvier 2020 – Puerto Viejo De Sarapiqui – La Fortuna

Distance parcourue : 77,15 Km - Moyenne : 16,31 Km/h

Dénivelé montant : 569 m - Pente montante Maxi : 5 %

Dénivelé descendant : 348 m - Pente descendante Maxi : 5 %

Altitude départ : 43 m - Altitude arrivée : 264 m - Altitude Maxi : 264 m

Heure de réveil : 6h45 - Heure de départ : 8h30 - Heure d'arrivée : 15h20

Hôtel = Chill Out hostal – Chambre un grand lit – salle de bain privée – cuisine à disposition – vélo à l’abri dans les partie communes à l’arrière de l’hôtel – wifi – 11 400 Colones (environ 19 Euros)

Après un réveil vers 6h45 nous quittons l’hôtel vers 7h30. Nous prenons le petit déjeuner dans le restaurant d’un bel hôtel qui propose un plat complet (riz, saucisses, œufs, tortillas etc..) plus fruits, café, toast, confiture et jus de fruit en libre-service pour 3000 Colones (environ 5 Euros). Manger tout cela nous prend un peu de temps et nous ne prenons finalement la route qu’à 8h30.

Comme celui d’hier le parcours du jour est peu exigeant et nous avançons vite et sans fatigue. Le temps est couvert avec quelques rares rayons de soleil en début d’après-midi et quelques gouttes de pluie à l’arrivée à La Fortuna. C’est presque parfait pour faire du vélo. La route est très bonne avec un accotement large et roulant sur la première moitié du parcours. L’accotement disparait sur la deuxième partie mais la circulation n’est pas monstrueuse et on peut rouler presque tranquille.

Nous faisons la pause de midi vers 11h30 dans un petit restaurant de Muelle. Après quelques kilomètres nous faisons un arrêt à côté d’une voiture stationnée dont les occupants, un homme et une femme, nous font des signes. Après les présentations par carte de visite nous comprenons pourquoi nous présentons ces personnes s’intéressent à nous. L’homme, Enrique Carvajal Vargas, est un cycliste professionnel costaricain. Il a participé au tour de l’avenir et connait tous les cols français. Il a maintenant 61 ans mais il fait toujours du vélo et il a participé au tour du Costa Rica à plus de 50 Ans.

Pour en savoir plus sur l’homme :

https://www.facebook.com/UniversidadCostaRica/posts/2337643789607475?comment_id=2339811146057406&comment_tracking=%7B%22tn%22%3A%22R%22%7D

http://www.siteducyclisme.net/ritfiche.php?ritid=258692

https://www.nacion.com/puro-deporte/carvajal-entro-dos-veces-victorioso/RCYX42V62RH7DLTEI3TNNSKDSA/story/

Nous arrivons à La Fortuna vers 14h30 heures sous une petite pluie. La recherche d’hôtel prend un peu de temps car un premier hôtel qui nous avait proposé une chambre à deux lits dans un premier temps est finalement complet. Les employés nous aide dans notre recherche et nous indique une rue parallèle sur laquelle il y a beaucoup d’hôtels bon marché. Ils nous conseillent « Chill Out Hostal ». Nous y sommes rapidement. Il ne reste qu’une chambre avec deux grands lits mais elle n’est disponible que pour une nuit. Il y a par contre plusieurs chambres avec un lit double qui sont disponibles. L’endroit est très correct et le prix aussi. Nous réservons pour deux nuits.

Demain sera une journée de repos et de visite. Nous n’avons pas de programme pour l’instant et nous aviserons en fonction de la météo. Ce sera repos seul ou repos et visite de site à proximité ou un tour en vélo vers le lac Arenal.

J19 - samedi 25 janvier 2020 – La Fortuna petit circuit jusqu’à « La Fortuna Waterfall »

Distance parcourue : 14,09 Km - Moyenne : 8,58 Km/h

Dénivelé montant : 344 m - Pente montante Maxi : 18 %

Dénivelé descendant : 344 m - Pente descendante Maxi : 17 %

Altitude départ : 264 m - Altitude arrivée : 264 m - Altitude Maxi : 530 m

Heure de réveil : 7h15 - Heure de départ : 10h00 - Heure d'arrivée : 15h15

Il n’y a pas de trace pour la petite balade du jour qui ne figure donc pas sur la carte du voyage.

Hôtel = Chill Out hostal – Chambre un grand lit – salle de bain privée – cuisine à disposition – vélo à l’abri dans les partie communes à l’arrière de l’hôtel – wifi – 11 400 Colones (environ 19 Euros).

Nous n’avons pas de programme précis aujourd’hui et il pleut fort lorsque nous nous réveillons vers 7h15. Nous avons passé une bonne et grande nuit depuis hier 21 heures. Pour éviter de nous mouiller en allant au restaurant nous préparons notre petit déjeuner dans la cuisine extérieur de l’hôtel. C’est juste quelques fruits avec un café et des biscuits mais cela suffit pour la matinée tranquille que nous prévoyons.

La pluie cesse et nous partons en vélo vers 10 heures en direction de chutes de La Fortuna. Nous savons que le prix de l’entrée est de 18 USD pour les étrangers alors qu’il est de 1500 Colones (2,5 Euros) pour les costaricains. C’est un prix élevé pour des cascades qui, sur les photos, ressemblent à Casaroro Falls en dessus de Dumaguete sur l’île de Negros aux Philippines que j’ai visité l’année dernière en payant un droit d’entrée de 10 Pesos (environ 0,15 Euros). http://cyclovttphilippines.e-monsite.com/pages/le-voyage/philippines-negros-1.html

Il y a des pentes raides pour accéder aux chutes. Nous ne faisons pas la visite car nous avons d’autres chutes au moins aussi belles (exemple = El Chiffon au Mexique) sur notre route dans des pays qui pratiquent des prix plus raisonnables qu’au Costa Rica. Quelques images des chutes et de la fore environnante passent en boucle sur un téléviseur et nous nous en contentons.

Un chemin monte plus haut que le site des chutes. Il conduit normalement au point de départ du sentier qui conduit au volcan « El Chato ». Cette balade est normalement interdite sous peine de prison mais il y a quand même quelqu’un qui perçoit une entrée de 10 USD et fournit un plan sommaire. J’ai pris ces informations sur Internet et elles nous ont été confirmées par des touristes rencontrés aux chutes qui ont fait le chemin hier. Il s’agit d’une balade difficile normalement et très délicate lorsque le terrain est mouillé. Nous n’avons pas prévu de la faire car il faut prévoir au moins cinq heures et que nous ne sommes pas équipés. Par ailleurs le temps ne laisse pas présager une belle vue. Nous nous contentons de monter quelques centaines de mètres de plus pour avoir une vue plus dégagée sur la vallée.

Nous prenons ensuite le chemin de la descente avec une partie du parcours sur un autre itinéraire qui rejoint la route nationale presque au niveau de la bifurcation où  nous devrons prendre une petite route demain en direction de Los Chilles qui sera notre dernière étape au Costa Rica. Il suffit de faire un détour de quelques centaines de mètres pour constater l’état de la route. C’est une route étroite mais en bon état. Si c’est ainsi pour toutes les routes qui nous ramènerons par le chemin le plus court sur la route nationale 35 ce sera très bien. Nous verrons cela demain.

Demain nous allons donc faire notre dernière étape complète au Costa Rica. Elle nous conduira à Los Chilles que nous atteindrons après 85 kilomètres d’un parcours montant sur le quinze premiers kilomètres et descendant ou légèrement vallonné ensuite.

 

J20 - dimanche 26 janvier 2020 – La Fortuna – Los Chilles

Distance parcourue : 88,58 Km (dont environ 30 km de chemins caillouteux) - Moyenne : 12,73 Km/h

Dénivelé montant : 1432 m - Pente montante Maxi : 17 %

Dénivelé descendant : 1654 m - Pente descendante Maxi : 19 %

Altitude départ : 264 m - Altitude arrivée : 42 m - Altitude Maxi : 411 m

Heure de réveil : 6h30 - Heure de départ : 7h50 - Heure d'arrivée : 17h30

Hôtel = Hotel almond (nom du réseau wifi, mais sur le panneau c’est seulement « hotel ») – Belle chambre avec deux lits – climatisation – douche chaude – wifi – les chambres ouvrent sur une cour fermée et les vélos sont attachés à une grille devant la chambre – prix de départ = 20 000 Colones, prix payé après négociation = 15 000 Colones (il doit y avoir moins cher dans la ville).

Le réveil est un peu plus matinal à 6h30 ce matin. Nous préparons notre petit déjeuner, nouilles avec sardines et café, à l’hôtel et prenons la route vers 7h50.

La petite route que la trace emprunte et que j’ai repérée hier est en blanc sur les cartes Google. Avec ce type de route il est difficile de prévoir le revêtement sauf si les caméras de Google y sont passées. Ce n’est pas le cas au Costa Rica et il faut donc accepter le risque d’une route non goudronnée ou même d’un simple sentier.

Le goudron que j’avais vu hier n’est présent que sur les deux premiers kilomètres environ. Ensuite c’est un chemin empierré non compacté. Les pierres roulent sous les roues et en plus elles sont mouillées car nous avons une petite pluie ou un crachin sur les quinze premiers kilomètres du parcours. Toute la partie montante, jusqu’au kilomètre 12 environ, est dans cet état. Les pentes sont parfois raides et nous poussons souvent les vélos. Les deux ou trois kilomètres de descente avant l’arrivée sur la route nationale 4 sont goudronnés. La descente est très raide mais avec le bon revêtement ce n’est qu’une formalité.

Après avoir suivi la route nationales 4 sur quelques centaines de mètres nous prenons de nouveau une petite route qui est elle aussi goudronnée sur un ou deux kilomètres seulement. Ensuite c’est un chemin empierré qui est le plus souvent bien compacté et assez roulant. C’est encore une succession de montées et de descentes raides mais la progression est plus rapide que sur la première partie. Les 6 ou 7 derniers kilomètres sont moins bons avec encore des pierres non stabilisées dans les montées et descentes en fortes pentes. Nous Arrivons sur la route 35 au kilomètre 45 environ. Il nous reste alors environ 37 kilomètres à parcourir sur cette route peu fréquentée et avec un très bon revêtement.

Quelques kilomètres plus loin et à 13h30 environ nous trouvons un petit restaurant sur le bord de la route pour notre pause déjeuner.

A l’exception des dix derniers kilomètres qui sont presque plats la route 35 est en montagnes russes. Les pentes ne dépassent pas les 5% mais c’est quand même usant. Une dizaine de kilomètres après la pause déjeuner je ne vois plus Jean-Claude dans le rétroviseur. Je m’arrête sur le bord de la route pour l’attendre. J’en profite pour mettre de la crème solaire car il semble que nous soyons maintenant dans une zone moins arrosée et plus ensoleillée. J’attends quelques minutes et j’arrête une moto pour demander à son conducteur s’il n’a pas vu un cycliste en rouge. Il me dit qu’il en bien vu un qui semblait avoir un problème avec le vélo. Je fais demi-tour pour revenir au niveau de Jean-Claude. Il est loin car au bout de deux kilomètres je ne l’ai toujours pas vu. Par contre une voiture de police qui m’a doublé un kilomètre avant est arrêtée sur le bord de la route et un agent me fait signe de m’arrêter. Il me demande une pièce d’identité. Je lui donne mon passeport qu’il prend. Il va ensuite vers la voiture avec le passeport et fait signe à l’autre agent de contrôler mes sacoches. C’est n’est pas souvent qu’une chose pareille arrive mais ceci n’a rien d’anormal à proximité d’une frontière. Je suis bon pour déballer le contenu de trois sacoches. Pour la quatrième l’agent se contente de la tâter de l’extérieur. Le contrôle des bagages est terminé mais pas celui du passeport. Je m’approche de la voiture ou l’agent est en contact radio avec quelqu’un. Il a inscrit mes coordonnées (nom et numéro de passeport) sur une liste et il doit être en train de vérifier que je ne suis pas une personne recherchée. Ce n’est pas le cas et il me rend mon passeport quelques minutes plus tard. Avant que la voiture ne reparte en direction de Jean-Claude je leur demande de le prévenir de mon arrivée. Un kilomètre plus loin je vois Jean-Claude qui se débat avec son vélo roues en l’air. Il a eu une crevaison de la roue arrière et la réparation est terminée. Il ne reste qu’à remettre la roue et les sacoches. Les policiers lui ont bien transmis mon message.

Le reste du parcours se passe sans problème et nous trouvons rapidement un hôtel à Los Chilles. Lorsque nous arrivons devant le panneau qui indique seulement « hotel » il n’y a personne à la réception mais un automobiliste qui est stationné à proximité appelle avec son téléphone et nous dit que quelqu’un va venir dans cinq minutes. Il y a d’autres hôtels dans la ville mais puisque le propriétaire de celui-ci a été appelé le minimum de correction est d’attendre au moins les cinq minutes. Il arrive dans les délais et annonce un prix de 20 000 Colones (environ 33 Euros) pour une chambre à deux lits avec climatisation et eau chaude. Je lui dis que nous cherchons un logement entre 10 et 14 000 colones. Son prix baisse à 15 000 Colones (environ 25 Euros). Nous n’avons pas vraiment besoin de climatisation mais la chambre est très bien avec deux lits confortables, une table et deux poufs pour s’assoir. La salle de bain est grande, tout est propre et il y a la douche chaude. A 15 000 Colones c’est finalement un très bon rapport qualité/prix.

Demain nous entrons au Nicaragua. La frontière est à trois ou quatre kilomètres de los Chilles. Nous continuons ensuite jusqu’à San Miguelito qui est une petite ville au bord du lac Cocibolca et d’où partent des bateaux pour l’île d’Ometepe. Nous passerons probablement la nuit à San Miguelito avant de prendre un bateau pour Ometepe mardi matin.

 

J21 - lundi 27 janvier 2020 – Los Chilles (Costa Rica) – San Miguelito (Nicaragua)

Distance parcourue : 67,18 Km - Moyenne : 15,40 Km/h

Dénivelé montant : 383 m - Pente montante Maxi : 11 % (sur quelques centaines de mètres sinon assez plat)

Dénivelé descendant : 386 m - Pente descendante Maxi : 10 % (sur quelques centaines de mètres sinon assez plat)

Altitude départ : 42 m - Altitude arrivée : 39 m - Altitude Maxi : 91 m

Heure de réveil : 6h45 - Heure de départ : 8h15 - Heure d'arrivée : 16h10

Hôtel = Hotel San Francisco – chambre 4 lits – toilettes partagées – Wifi – vélo dans cour fermée – 400 Cordoba de oro (environ 11,50 Euros)

Réveil vers 6h45 ce matin et départ vers 8h15 après le petit déjeuner pris en ville. La frontière du Nicaragua n’est qu’à 6 kilomètres environ et nous y arrivons rapidement en suivant une route plate et roulante. Les formalités de sortie du Costa Rica sont simples. Il faut d’abord payer la taxe de sortie à un guichet. C’est 9 USD ou 5500 Colones. Il nous reste des Colones et nous payons avec cette monnaie. Le reçu indique 8 USD, le dollar supplémentaire correspond peut-être au prix du coup de tampon que nous obtenons rapidement et sans formalité au guichet suivant. Lorsque nous sommes entrés au Costa Rica à Sixaola nous avions vu des guichets pour payer la taxe de sortie et le prix affiché était aussi de 9 USD.

Nous en avons terminé avec le Costa Rica et nous prenons la direction du poste de contrôle d’entrée au Nicaragua qui est quelques centaines de mètres plus loin. La suite est sur la page Nicaragua (1).

Bilan Costa Rica

Vélo

414,04 Kilomètres – D+ 3 397 mètres – D- 3359 mètres

 

Budget

Dépenses totales en 7 jours et 7 nuits

105 000 Colones inclus 5 500 Colones de taxe de sortie du pays (environ 172 Euros)

Soit toutes dépenses incluses = 15 000 Colones (environ 24,60 Euros)

Commentaires (2)

Michel
  • 1. Michel | 27/01/2020
Bonne route pour votre 4ème semaine de voyage amitiés Michel
Michel
  • 2. Michel | 22/01/2020
Et en c’est parti pour la traversée du Costa Rica bonne route et j’espère meilleure météo

Ajouter un commentaire